Comment ça se passe ?

Nos huiles essentielles sont le résultat d’un procédé de distillation par entrainement à la vapeur d’eau de plantes aromatiques et/ou à parfums.

Cette méthode permet l’extraction des substances volatiles et aromatiques sous forme huileuse appelé « essence », « extrait de plantes » ou plus couramment « huiles essentielles »

Le processus de distillation s’effectue à l’aide d’un alambic (cuve en inox) dans lequel nous disposons les végétaux supportés par une grille placée à une distance adéquate du fond de la cuve.

La partie inférieure de celui-ci est remplie d’eau de source en évitant tout contact avec la plante.

Une source de chaleur sous l’alambic (dans notre cas avec une énergie «verte» biomasse) va permettre à l’eau d’entrer en ébullition. Arrivée à une température d’environ 100°C cette dernière va se transformer en vapeur d’eau qui va traverser la masse végétale du bas vers le haut.  

Ainsi, la vapeur en passant dans la plante va libérer et entrainer avec elle les essences aromatiques dans le col de cygne, pour ensuite se diriger vers la cuve de refroidissement (condenseur) via le serpentin.

Dans ce dernier, baigné dans l’eau froide, où circule le mélange chaud de vapeur et  d’actifs de la plante, un choc thermique va permettre une condensation qui va transformer la vapeur chargée d’essence en deux liquides, l’eau et l’huile essentielle.

Ces deux produits, sont récupérés en sortie de serpentin à l’aide de l’essencier (ou vase florentin) qui à pour fonction de séparer l’huile essentielle de l’eau condensée (appelé aussi eau florale)

Les deux liquides non miscibles vont se séparer par décantation statique basée sur leur différence de densité.

Les bienfaits de l’huile essentielle vont varier selon sa composition chimique, qui elle, va dépendre de différents facteurs :

• Le biotope (la nature du sol, l’altitude, le climat, l’ensoleillement, la quantité de pluie, la température…)
La période de récolte et de distillation (chaque plante à sa propre période de récolte et sa saison de distillation)
• La partie de la plante distillée (le bois, les rameaux, la racine, les feuilles, les fleurs, les écorces…)

Le procédé de distillation va lui aussi influer sur la qualité et le rendement des huiles essentielles. C’est pourquoi, nous portons une attention particulière à cette étape afin de vous garantir le meilleur à chaque saison de production en privilégiant une production artisanale plutôt qu’industrielle. En effet cette dernière augmente le niveau de pression de la distillation afin de diminuer le temps de production, avec le risque de détériorer les molécules biochimiques.

 

Parlons peu, parlons Bio.

Les plantes cueillies à l’état sauvage et non cultivées, malgré le fait qu’elles regroupent tous les critères pour l’être, sont difficilement certifiables Agriculture Biologique.

C’est le cas des plantes utilisées pour nos huiles, excepté notre lavande qui est cultivée sous la certification bio par notre partenaire, mais afin d’éviter toute confusion, nous avons fait le choix de na pas en faire un argument commercial.

Cependant, une plante dite «sauvage» n’est pas nécessairement de qualité (certaines bordent les autoroutes par exemple).

Nos sites de cueillettes sont situés exclusivement dans des zones rurales, et nous sommes très attentifs à leur qualité ainsi qu’a leur environnement.